Aller au contenu. | Aller à la navigation


Outils personnels

This is SunRain Plone Theme
Vous êtes ici : Accueil / TRAAM / Les outils nomades / Renforcer la trace écrite avec des flashcodes

Renforcer la trace écrite avec des flashcodes

Les documents et productions numériques sont de plus en plus fréquents : vidéos, diaporamas, KMZ, photos en couleur... Comment les rendre facilement accessibles aux élèves, à tout moment et n'importe où, tout en les intégrant judicieusement dans leur trace écrite? Les outils numériques nomades et les flashcodes (ou QR-codes) entrent en jeu...

Une trace écrite de la démarche d'investigation, d'un plan de cours est un élément important dans la formation des élèves. Pour le moment, elle devrait préférentiellement rester manuscrite pour diverses raisons : la pratique de l'écriture a des qualités mémorielles dont il serait dommage de se passer, l'accessibilité du cours ainsi que son organisation demeurent encore avantageux (un classeur reste malgré tout plus rapide et facile d'accès qu'un cours 100% numérique)... Cependant, le professeur et l'élève fournissent de plus en plus de documents et de productions de nature numérique. Se pose le problème de les intégrer dans la trace écrite, dans la démarche scientifique retranscrite. Une évolution est possible grâce aux outils nomades que possèdent les élèves et les flashcodes.

On qualifie d'outil nomade, tout appareil mobile autonome ayant un accès à réseau cellulaire ou WIFI (smartphone, tablette et tout autre objet communicant comme les lunettes interactives).

Un flashcode est un pictogramme composé de carrés pouvant être lu par tout appareil mobile muni d'un capteur photographique et d'un logiciel lecteur de flashcode qu'il est parfois nécessaire d'installer. La photographie de ce pictogramme donne intantanément accès à un contenu sur internet, déclenche l'envoi d'un mail ou d'un SMS et bien d'autres possibilités.

Le principe est :

  • de mettre en ligne une ressource numérique,
  • de récupérer son adresse URL,
  • de créer un flashcode à partir de celle-ci,
  • d'imprimer ce flashcode et le coller au bon endroit dans la trace écrite,
  • et (pour l'élève) de flasher ce code avec un outil nomade pour retrouver la ressource en révisant le cours.

 

Mise en ligne d'une ressource numérique

Plusieurs solutions d'hébergement numérique existent mais certaines sont plus pratiques que d'autres en fonction de la nature du fichier. La mise en ligne peut être le fait du professeur mais aussi de l'élève. Dans tous les cas, un fichier léger est toujours préférable.

L'ENT de l'établissement

L'environnement numérique de travail de l'établissement met en général à disposition des espaces de stockage. En fonction de l'établissement et de l'ENT choisi, ce n'est pas toujours le système le plus performant, surtout pour un stockage de longue durée (toute une année, trois ou quatre ans dans l'idéal, pour qu'un élève de terminale puisse revoir son cours de seconde et toujours accéder aux documents numériques, par exemple).

Le Cloud

De multiples logiciels de partage "dans le nuage" (sous entendu de l'Internet) existent comme Google Drive, Dropbox etc. Facile à mettre en place, ces systèmes mettent à disposition gratuitement et durablement un espace plus ou moins volumineux de partage public ou privé. Tout fichier placé dans ce "cloud" possède une adresse qu'il est possible de récupérer facilement. On peut y placer tous les types de fichiers : image, texte, PDF, diaporama et vidéo. Cependant pour une lecture directe et plus facile d'une vidéo, il est préférable de passer par les services d'hébergement de vidéo.

YouTube

Le professeur possédant un compte Google a la possibilité d'héberger des vidéos sur YouTube et de les mettre à disposition à tout internaute ou seulement à certaines personnes qui possèdent l'adresse URL. YouTube propose maintenant la fonction"Capture" (existant sous forme d'application pour les appareils nomades) permettant la prise vue et l'enregistrement direct sur YouTube : cela permet de gagner beaucoup de temps, notamment avec les formats de fichiers et l'optimisation de leur poids. Enfin, il est aussi possible de réaliser le montage de la vidéo sur YouTube.

La récupération de l'adresse URL se fait très facilement. La lecture de la vidéo peut se faire directement sur un smartphone ou une tablette.

Création du flashcode

Plusieurs sites permettent de créer des flashcodes, comme Kaywa (http://qrcode.kaywa.com) ou Unitag (http://www.unitag.fr/qrcode). Bien d'autres existent. Il suffit d'y coller l'adresse URL copiée précédemment. Il est possible de personnaliser l'aspect du flashcode et aussi de demander un flashcode dynamique (cela nécessite la création d'un compte). Le flashcode dynamique permet de changer le lien sans changer le flashcode (intéressant dans le cas d'un flashcode affiché de manière pérenne mais dont on veut modifier le lien pour une ressource mise à jour).

Les élèves peuvent bien sûr mettre en ligne leur propre production numérique et créer leur propre flashcode qu'ils imprimeront.

Voici un flashcode pour mener à une vidéo réalisée et montée par un binôme d'élèves de Spécialité montrant l'effet de l'acide cyanhydrique sur le déplacement de l'euglène. La vidéo a été mise en ligne sur Youtube et le flashcode réalisé par l'enseignant.

Intégration du flashcode dans la trace écrite

Le flashcode obtenu dans l'étape précédente peut-être copié-collé dans un fichier texte un grand nombre de fois et dans des dimensions relativement faibles. Il est envisageable de mettre dessous chaque flashcode l'URL, dans le cas d'élèves ne possédant pas d'appareil nomade.

 

 

Lecture du flashcode

La lecture du flashcode nécessite un logiciel de scannage de flashcode. Selon les appareils, il y en a un présent d'origine. Sur certains, il faut en télécharger et en installer un. Il en existe de nombreux, certains sont gratuits et d'autres payants. L'app "Flashcode" sur iOS est par exemple gratuit et sans publicité.